Camps

Liselotte Ivry

Liselotte Ivry décrit ses expériences dans les sous-camps du camp de concentration de Neuengamme.

Source : Musée de l’Holocauste Montréal, 1994

Liselotte Ivry est née en 1925 à Listany (en République tchèque). Les parents de Liselotte possèdent un magasin général que sa mère, Elsa, tient seule après la mort prématurée de son mari en 1928.

Après avoir terminé l’école primaire, Liselotte est envoyée dans une école secondaire de Pilsen (en République tchèque). En octobre 1938, l’Allemagne nazie prend le contrôle des Sudètes, une région frontalière tchèque ayant une grande population ethnique allemande, où se trouve Listany. Liselotte, sa mère et son frère Hans, de deux ans son cadet, s’enfuient à Prague (en République tchèque), où ils ont de la famille. Liselotte y poursuit ses études dans une école publique. Lorsque les Allemands occupent Prague en mars 1939, Liselotte ne peut plus aller à cette école et se voit transférée dans une école juive privée.

En 1942, la famille est envoyée au camp-ghetto de Terezin (en République tchèque), où elle passe un an. Liselotte et sa mère travaillent comme infirmières, tandis que Hans fabrique des jouets. À l’automne 1943, les Allemands déportent Elsa et Hans à Auschwitz-Birkenau (en Pologne occupée) et Liselotte y arrive trois mois plus tard. Elsa, déjà très malade, meurt en janvier 1944. Hans est abattu avec d’autres détenus quelques mois plus tard.

En juillet 1944, Liselotte est transférée au camp de concentration de Neuengamme près de Hambourg (en Allemagne). Elle est assignée aux travaux forcés dans une briqueterie à Hambourg. En février 1945, le groupe de prisonnières de Liselotte est pris dans les bombardements de Dresde (en Allemagne). Toutes sont envoyées au camp de concentration de Bergen-Belsen (en Allemagne). Le 15 avril 1945, elles sont libérées par l’armée britannique.

Pendant que nous étions debout dehors, les bombes ont commencé à pleuvoir.
Liselotte Ivry

Après la Libération, Liselotte retourne à Prague et va à l’université afin d’y étudier l’anglais. Entretemps elle travaille aussi pour un journal, dans un entrepôt, et pour l’American Jewish Joint Distribution Committee (une organisation juive d’aide humanitaire). Elle veut immigrer au Canada où y vit déjà l’un de ses oncles. Il lui faut cependant quatre ans pour obtenir son visa. Elle arrive à Montréal en 1949, se marie un an plus tard et a deux enfants. Liselotte est diplômée en beaux-arts de l’Université Concordia. Elle enseignera l’art aux enfants d’âge préscolaire.

Liselotte a travaillé comme bénévole dans diverses institutions communautaires juives et elle a également été conférencière au Musée de l’Holocauste Montréal pendant de nombreuses années

Objet relié

Le foulard de Liselotte Ivry

Voir cet objet