Camps

Angela Orosz

Angela Orosz raconte sa naissance et ses premières semaines à Auschwitz.

Source : Musée de l’Holocauste Montréal, 2017

Angela Orosz est née en décembre 1944 dans le camp de concentration d’Auschwitz (en Pologne occupée). Ses parents vivent à Sárospatak (en Hongrie) jusqu’à leur déportation à Auschwitz. Son père Tibor est avocat et sa mère Vera, enseignante. Cette dernière est enceinte de trois mois lorsqu’ils sont déportés en mai 1944.

Tibor est assassiné dans le camp en juillet, tandis que Vera est mise au travail dans le Kanada Kommando, où elle effectue le tri des effets personnels et des vêtements confisqués aux prisonniers à leur arrivée. Plus tard, elle travaille à la construction de routes, où elle est affectée à un dur travail manuel. Elle est ensuite transférée à la cuisine.

Josef Mengele effectue des expériences douloureuses sur une Vera enceinte et affaiblie. Le bébé survit. Angela naît ainsi au troisième étage d’un lit superposé d’une baraque avec l’aide d’une autre détenue. Avec un poids de deux livres, Angela est si faible qu’elle ne pleure pas. Elle passe inaperçue jusqu’à la libération du camp, le 27 janvier 1945.

Personne ne savait qu'elle avait accouché, mais après 2-3 heures, elle a dû aller à l’Appel.
Angela Orosz

Après la Libération, Angela et sa mère retournent en Hongrie. Elles restent à Budapest (en Hongrie), où Angela reçoit des soins médicaux. Une fois que celle-ci va mieux, elles retournent à Sárospatak, la ville natale de Vera. Vera épouse ensuite un survivant de l’Holocauste qui a perdu sa femme et sa fille pendant la guerre ; il élève Angela comme sienne.

Après sa mort en 1957, Angela et Vera s’installent à Budapest. Vera travaille comme enseignante dans la section primaire d’une école, et Angela poursuit ses études dans la section secondaire de la même école.

Diplômée du Collège pour la Formation des Enseignants, elle devient enseignante à son tour. Elle se marie et a une fille.

Vera immigre au Canada avec l’aide du fils de son défunt mari, Ted Bolgar, qui a immigré au Canada en 1948. Angela ne peut suivre sa mère qu’en 1973. Elle s’installe alors à Toronto et où elle divorce. Elle se marie à nouveau et a un fils avec son deuxième mari. Angela déménage à Montréal en 1996 pour être auprès de sa fille et de ses petits-enfants.

Angela est conférencière bénévole au Musée de l’Holocauste Montréal depuis plusieurs années et elle a partagé son histoire avec des milliers d’étudiants.

Objet relié

Le sous-vêtement de Pola Reich

Voir cet objet