Immigration

Dana Bell

Dana Bell décrit les difficultés de refaire sa vie à Montréal.

Source : McGill Living Testimonies, 1993; montage : Musée de l’Holocauste Montréal, 2020

Dana Bell est née en 1938 à Varsovie (en Pologne). Elle n’a qu’un an lorsque les Allemands envahissent la Pologne. La famille se réfugie d’abord à Bialystok avant de fuir plus à l’est en Union soviétique. En 1940, les autorités soviétiques les mettent dans des wagons à bestiaux et les envoient dans un camp de travaux forcés en Sibérie. Les conditions y sont déplorables : ils sont affamés et ils vivent dans une peur constante. Quatorze mois plus tard, ils sont libérés et se rendent en Ouzbékistan, un parcours à près de 2 800 kilomètres, au sud de l’Union Soviétique.

En 1942, les parents de Dana attrapent la fièvre typhoïde et sont transportés à l’hôpital. Dana est alors enlevée par une famille de réfugiés qui l’affame et l’humilie. Elle est ligotée, maltraitée et détenue contre son gré. Elle réussit finalement à s’échapper. Elle est alors placée dans un orphelinat russe orthodoxe. Un an plus tard, elle retrouve ses parents. Ils résident à Samarcande, en Ouzbékistan, jusqu’à ce qu’ils reçoivent l’amnistie en 1946.

Toute une nouvelle vie s'ouvrait devant nous. Mais c'était très dur, très dur.
Dana Bell

 La famille de Dana retourne en Pologne, mais ils sont confrontés à un antisémitisme si fort qu’ils décident de quitter le pays. Ils se rendent clandestinement en Autriche où ils vivent dans un camp de personnes déplacées à Steyr. La sœur de Dana naît là-bas. La famille immigre au Canada en novembre 1948 et s’installe à Montréal.

Les premiers pas dans le nouveau pays sont très difficiles. La famille a du mal à trouver un appartement. Dana ne peut pas aller à l’école. Pendant que ses parents travaillent, elle doit prendre soin de sa petite sœur. Dana reçoit son diplôme de l’École Peretz et travaille ensuite dans l’industrie de la mode. Elle a deux enfants et plusieurs petits-enfants.

Dana est conférencière bénévole au Musée de l’Holocauste Montréal depuis de nombreuses années. Elle a ainsi partagé son histoire avec des milliers d’élèves.

Objet relié

Les Feigenbaum au belvédère du Mont-Royal

Voir cet objet