Samuel Orshan

Samuel Orshan décrit le bombardement allemand de Kiev le 22 juin 1941.

Source : McGill Living Testimonies, 2000 ; montage : Musée de l’Holocauste Montréal, 2021.

Samuel Orshan est né en 1930 à Kiev, en Ukraine, qui fait partie de l’Union soviétique à l’époque. Son père, Yelizar, travaille comme mécanicien et sa mère, Rachel, est infirmière.

Les Allemands envahissent l’Union soviétique le 22 juin 1941 et ils bombardent Kiev le jour même. Le père de Samuel, qui sert dans l’unité de défense aérienne de l’Armée rouge, est immédiatement mobilisé. Lorsqu’il rentre chez lui en août 1941, il demande aux membres de sa famille de faire leurs valises. Samuel part avec sa mère et son frère, tandis que Yelizar reste pour combattre ; sa famille ne l’a jamais revu. Il est assassiné lors du massacre de Babi Yar en septembre 1941.

Samuel, sa mère et son frère sont évacués dans des wagons à bestiaux vers Kizlyar, en Russie. Ils restent quelques mois dans un kolkhoze [une forme de ferme collective en Union soviétique] à l’extérieur de la ville. La mère de Samuel travaille comme infirmière et leur ancien voisin comme médecin, tandis que Samuel s’occupe de son frère, de 8 ans son cadet. Après quelques mois, les deux familles retournent à Kizlyar, où un hôpital militaire est en construction et où l’on avait besoin de médecins et d’infirmières.

Alors que l’armée allemande avance vers la mer Caspienne à la fin de l’été 1942, l’hôpital est évacué vers Tbilissi, en Géorgie. Pendant ce temps, Samuel fréquente une école de métiers pour se spécialiser dans la métallurgie. Il est logé et nourri à l’école, ce qui facilite la vie de sa mère. Après un court séjour à Stalingrad où il aide à nettoyer la ville nouvellement libérée, Samuel retourne à Tbilissi et continue ses études dans une autre école de métiers jusqu’à la libération de sa ville natale, Kiev, en novembre 1943.

Le 22 juin 1941, nous avons entendu des bombardements autour de la maison. […] C'était de la panique que l'on pouvait voir sur les visages des gens.
Samuel Orshan

Six mois plus tard, Samuel retourne à Kiev, seul. Comme il trouve leur ancien appartement occupé, il va vivre avec sa tante et continue à aller à l’école de métiers.

À l’été 1944, Samuel tente à plusieurs reprises de rejoindre l’armée soviétique pour combattre les Allemands, mais l’armée refuse de le prendre en raison de son jeune âge. Cependant, il suit la ligne de front de l’armée jusqu’en Pologne et reste à Lublin jusqu’au début de 1945.

En 1945, Samuel part pour l’Allemagne et en 1952, il déménage à Bruxelles, en Belgique. Après avoir appris le polissage du diamant, il en fait son métier à Anvers, en Belgique, jusqu’à son immigration au Canada en 1961.

À Montréal, Samuel tient un comptoir de restauration avec un associé et plus tard, il se lance dans l’immobilier, domaine dont il se retire en 1998. Samuel se marie en 1965; le couple n’aura pas d’enfants.

La radio DKE38

Voir cet objet