Occupation

Harry Bromet

Harry Bromet décrit les événements qui se sont déroulés à Amsterdam en février 1941.

Source : Sarah and Neuberger Holocaust Education Centre, 1988; montage : Musée de l’Holocauste Montréal, 2021.

Harry Bromet est né en 1928 à Amsterdam (Pays-Bas). Ses parents sont des Juifs traditionnels. Ils célèbrent les fêtes juives et envoient Harry et sa sœur dans une école juive. Lorsque des réfugiés juifs polonais et allemands commencent à arriver aux Pays-Bas dans la deuxième moitié des années 1930, les parents et les grands-parents de Harry s’impliquent pour les aider à s’installer sur place ou à partir en Amérique.

Suite à l’occupation allemande des Pays-Bas en mai 1940, plusieurs mesures antijuives sont introduites. En février 1941, les Allemands rassemblent plusieurs centaines de Juifs à Amsterdam et les déportent vers le camp de concentration de Mauthausen. En réponse au traitement brutal que les Juifs subissent, la population d’Amsterdam se soulève, ce qui représente l’un des rares cas de résistance ouverte aux nazis. Les Amstellodamois déclenchent une grève générale qui est réprimée par les Allemands au bout de quelques jours.

Après la grève, les Allemands concentrent les Juifs dans le quartier juif. À partir d’avril 1942, ils doivent porter l’étoile jaune. Harry, alors âgé de 14 ans, quitte régulièrement le quartier juif pour aller chercher de la nourriture pour sa famille. Il est dénoncé par un commerçant chez qui il fait régulièrement des achats sans porter l’étoile jaune. Il est alors emmené au siège de la Gestapo où il est enfermé pendant plusieurs jours.

Peu de temps après la déportation de son père vers le camp de transit de Westerbork, Harry, sa mère et sa sœur se cachent. Le père d’Harry réussit à s’échapper du camp et les rejoint. Pendant une courte période, toute la famille se cache dans une autre ville, aidée par la Résistance néerlandaise. Par la suite, Harry part se cacher dans une ferme, alors que le reste de sa famille, cachée ailleurs, est dénoncée et déportée. Après la déportation de ses parents, Harry ne peut plus payer le fermier et il est mis à la rue.

Il retourne à Amsterdam et contacte la Résistance. Les résistants l’aident alors à trouver une nouvelle cachette et il participe à certaines de leurs activités. Lorsque l’armée américaine entre aux Pays-Bas en septembre 1944, l’unité de Harry rejoint l’armée et participe à la libération de l’Allemagne.

Des nazis néerlandais sont arrivés dans le quartier juif et ont commencé à briser les vitres des magasins et à déclencher une bagarre.
Harry Bromet

Après la libération, Harry retourne à Amsterdam et apprend que sa famille a été tuée. Il rencontre sa femme en 1946 dans un camp préparant de jeunes Juifs à immigrer illégalement en Palestine. Ils s’installent en Palestine en 1948 mais trouvent les conditions de vie extrêmement dures. Après quatre ans, ils décident de retourner aux Pays-Bas, avant d’immigrer au Canada en 1958, où ils s’installent à Toronto.

Objet relié

Le journal antisémite Der Stürmer

Voir cet objet