Les ghettos

Helen Seidner

Helen décrit les emplois qu'elle a occupés dans le camp de travail du ghetto de Theresienstadt.

Source : Sarah and Chaim Neuberger Holocaust Education Centre, 1993; montage: Musée de l’Holocauste Montréal, 2022

Helen Seidner est née en 1913 à Nový Bydžov, en République tchèque. Elle grandit à Prague avec ses deux sœurs, alors que père travaille comme directeur d’usine. Helen est diplômée d’une école professionnelle et travaille comme employée de bureau chez Kodak. Elle épouse son premier mari, Paul Zach, en 1936 et travaille à ses côtés dans leur magasin de vêtements haut de gamme. L’entreprise est prospère, ce qui permet au couple d’avoir un appartement à Prague et un chalet à la campagne.

L’Allemagne envahit la Bohème et la Moravie en mars 1939 et établit le Protectorat de Bohême-Moravie. Les mêmes politiques anti-juives y sont mises en œuvre qu’en Allemagne. Les entreprises juives sont aryanisées et Helen et son mari perdent leur magasin. Helen ouvre un petit restaurant dans sa maison servant principalement une clientèle juive. Après la confiscation de leur appartement, la communauté juive organise un logement pour Helen et son mari chez un couple juif.

En juin 1942, ils sont déportés au camp-ghetto de Terezín, en République tchèque. Pendant un an, Helen travaille comme infirmière dans le service de pédiatrie, où elle s’occupe des bébés et des nourrissons. Avec l’aide du père d’un enfant malade, Helen est transférée à l’entrepôt textile. Elle est responsable de l’entrepôt et est chargée de trier les vêtements qui arrivaient à Terezín et de les distribuer aux détenus. Elle travaille ici pendant deux ans, jusqu’à la libération du camp-ghetto.

J’ai passé trois ans à Theresienstadt. J’ai travaillé comme infirmière pendant un an.
Helen Seidner

L’armée soviétique libère Theresienstadt le 9 mai 1945 et Helen retourne à Prague. Elle a perdu ses parents et sa sœur cadette, déportés dans le ghetto de Lodz en octobre 1941 puis à Auschwitz, en Pologne occupée. Sa sœur aînée réussit à survivre après avoir fui au Royaume-Uni avec son mari lorsque les Allemands ont envahi la Tchécoslovaquie.

Après la guerre, Helen travaille pour l’American Joint Distribution Committee, où elle reçoit et distribue des textiles reçus en don dans toute la Tchécoslovaquie. En 1947, elle divorce de son premier mari et épouse Joe Seidner, qu’elle a rencontré à Terezín.

Le couple quitte la Tchécoslovaquie en 1949 et s’installent en Italie. Leur fille Eva naît durant la même année. Les trois suivent ensuite la mère de Joe en Israël où ils vivent pendant trois ans. La petite famille immigre finalement à Toronto en 1952, avec l’aide d’un cousin qui les parraine.

Découvrez un extrait du témoignage de Liselotte Ivry, qui a également été déportée à Terezín avant d’être envoyée dans un camp de concentration en Allemagne.

Objet relié

Le foulard de Liselotte Ivry

Voir cet objet