Roger Abitbol

Roger Abitbol décrit comment la vie a changé lorsque
les Allemands ont occupé la Tunisie.

Source : Living Testimonies de l’Université McGill ; montage : Musée de l’Holocauste Montréal, 2017

Roger Abitbol est né en 1915 à Tunis, en Tunisie. Il est élevé dans une famille de 10 personnes avec des moyens modestes. Avant la guerre, Roger travaille avec son père qui possède un magasin de porcelaines et d’argenteries importées de France.

L’armée allemande envahit Tunis en novembre 1942. Des mesures antijuives s’appliquent. Des Juifs aisés sont pris en otage et leur famille est obligée de payer de grosses rançons. Tous les Juifs âgés de 18 à 55 ans sont envoyés dans des camps de travaux forcés.

Roger fait partie  d’un groupe de 600 hommes envoyés à Sbeitla. Pour s’y rendre, ils doivent marcher 250 km trouver eux-mêmes de la nourriture et de l’eau. À Sbeitla, Roger et le reste du groupe travaillent pour l’armée italienne qui les traite convenablement.

Après quatre mois, le frère aîné de Roger lui envoie la radiographie d’un ami atteint de la tuberculose. Roger prétend que la radiographie est la sienne et il est renvoyé à Tunis par ambulance. Il reçoit un document qui le dispense du travail forcé. À Tunis, il reprend le travail avec son père. Sa mère est morte pendant l’occupation.

Tunis est libérée en mai 1943 et la vie redevient normale.

Ils ont instauré des tickets de rationnement pour la nourriture : le pain, la viande, le lait… Et tout se retrouvait au marché noir.
Roger Abitbol

Roger se marie en 1947 et a deux enfants. La famille quittent la Tunisie en 1957 et s’installent au Canada. Roger travaille pour une société pharmaceutique avant de fonder sa propre entreprise.