Commémorer l’Holocauste est l’occasion de rappeler à la mémoire collective les six millions de victimes juives, ainsi que les victimes non-juives de l’oppression nazie.

Nous honorons notamment le souvenir de ceux dont il ne reste aucune famille pouvant se rappeler d’eux. Nous rendons également hommage à ceux qui ont sauvé ou libéré les victimes. Aussi, on souligne la résilience et la contribution des survivants, qui ont reconstruit leurs vies dans les pays qui les ont accueillis après la guerre.

Rôle de la commémoration

La commémoration permet autant aux élèves qu’aux adultes d’avoir une meilleure connaissance sur les génocides et la guerre. Cela les aide à réfléchir aux idéologies et aux actions qui conduisent aux génocides ou à leur prévention. Une commémoration est à la fois sobre et inspirante, elle est donc une manière appropriée de conclure une expérience éducative.

Elle fait appel aux émotions et peut être imprégnée des traditions religieuses et sociales de nombreuses communautés ou sociétés. Elle souligne la perte de vies humaines et ce que représente leur perte pour l’humanité. C’est une manière pour les personnes de tout âge de s’impliquer et de s’engager activement pour l’avenir.

L’Holocauste et les autres génocides contemporains

Il est important de commémorer, d’étudier et de parler de l’Holocauste. D’abord, cela apporte une meilleure compréhension du passé. Ensuite, cela sensibilise le public aux formes contemporaines d’antisémitisme, de xénophobie et de haine. Enfin, cela montre comment ces phénomènes peuvent mener à un génocide.

Le 20e siècle a été le témoin de plusieurs génocides en dehors de l’Holocauste et de nombreux crimes contre l’humanité. Mentionnons notamment le génocide arménien, le nettoyage ethnique en ancienne Yougoslavie ou le génocide de Srebrenica, ainsi que les génocides au Cambodge et au Rwanda. Des conflits faisant des centaines de milliers de victimes continuent d’affliger nos sociétés encore aujourd’hui.

La commémoration et l’éducation sensibilisent au danger que représentent les préjugés, la haine, les mouvements radicaux et extrémistes, ainsi que les régimes totalitaires. En commémorant ces évènements, nous témoignons de l’importance qu’a le respect des différentes cultures qui composent le Canada. Les commémorations contribuent à la promotion des droits de la personne en encourageant les gens à prendre conscience de leur responsabilité individuelle dans nos sociétés démocratiques.

Le gouvernement du Canada et les gouvernements provinciaux ont reconnu une journée officielle de commémoration de l’Holocauste, Yom Hashoah. Cette reconnaissance officielle souligne l’importance de commémorer.

Commémoration de Yom Hashoah, 2016. © Musée de l'Holocauste Montréal
1

Commémoration de Yom Hashoah, 2016. © Musée de l'Holocauste Montréal

Prisonniers à 
Auschwitz à la
libération en 1945. © Musée de l'Holocauste Montréal
2

Prisonniers à Auschwitz à la libération en 1945. © Musée de l'Holocauste Montréal

Des bâtiments détruits après la répression du soulèvement de Varsovie, 1943. © Musée de l'Holocauste Montréal
3

Des bâtiments détruits après la répression du soulèvement de Varsovie, 1943. © Musée de l'Holocauste Montréal

Quatre commémorations de l’Holocauste

La Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste – 27 janvier

Le 27 janvier, date anniversaire de la libération du plus grand camp de concentration nazi, Auschwitz-Birkenau, par les troupes soviétiques en 1945, a été institué la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste par l’Assemblée générale des Nations Unies en 2005. Cette journée commémore les victimes de la persécution nazie et l’Holocauste. Des évènements éducatifs et des commémorations ont lieu dans de nombreux pays du monde.

Cette journée peut être l’occasion de recommencer l’année scolaire par une commémoration à l’école qui servira d’introduction au sujet de l’Holocauste, des droits de la personne ou des génocides dans les classes d’histoire, d’univers social ou d’éthique et culture religieuse.

Yom Hashoah – Printemps

Yom Hashoah, qui commémore les millions de victimes juives de l’Holocauste, a été instaurée en tant que commémoration officielle par le parlement israélien en 1951. Cette commémoration a lieu le 27e jour du mois de Nissan, dans le calendrier hébreu, qui marque l’anniversaire du soulèvement du ghetto de Varsovie. Le calendrier hébreu est un calendrier lunaire, donc la date de la commémoration change chaque année. Afin de savoir quel jour elle aura lieu chaque année, consultez le Remembrance Day Calendar du United States Holocaust Memorial Museum.

Yom Hashoah a été déclarée « Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste » au Québec en 1999, et au Canada en 2003. Immédiatement après la guerre, les survivants de l’Holocauste ont commencé à organiser des événements commémorant les personnes qui avaient été tuées. Les premières commémorations ont eu lieu dans d’anciens camps de concentration et dans les camps de personnes déplacées. Aujourd’hui, Yom Hashoah est commémorée par des communautés juives, des gouvernements et des individus du monde entier dans des synagogues, ainsi que dans les différentes collectivités.

Kristallnacht – 9 et 10 novembre

Le mot Kristallnacht est un mot allemand qui veut dire « nuit de cristal ». Cet événement montre l’escalade de la persécution orchestrée par l’État nazi contre les Juifs en Allemagne, en Autriche annexée, et dans certaines parties de la Tchécoslovaquie sous occupation allemande.

Les 9 et 10 novembre 1938, des centaines de synagogues et de commerces appartenant à des Juifs ont été détruits dans toute l’Allemagne et des cimetières ont également été profanés. Les actes de violence ont affecté des centaines de communautés pour lesquelles la synagogue représentait le coeur de la vie religieuse et culturelle juive. On estime qu’au moins 7 500 commerces juifs ont été pillés, alors qu’étaient détruits des centres communautaires et des maisons appartenant à des Juifs.

En automne, vous pouvez introduire les événements de Kristallnacht aux élèves de 6e année et du secondaire avec notre activité pédagogique La Nuit de Cristal – Kristallnacht et conclure par l’organisation d’une commémoration en novembre.

Jour du Souvenir – 11 novembre

Le jour du Souvenir est commémoré au Canada le 11 novembre, date anniversaire de l’Armistice de 1918, qui a marqué la fin des hostilités de la Première Guerre mondiale. Des cérémonies de commémoration ont lieu dans de nombreuses villes du pays. Deux minutes de silence sont respectées à 11 h en mémoire des membres des forces armées qui ont combattu pour le Canada et de ceux qui sont morts au service du pays.

Dans bien des endroits, des gerbes de fleurs sont déposées sur les tombes des soldats ou sur les monuments dédiés à ceux qui sont morts pour leur pays dans l’exercice de leurs fonctions. Des représentants du gouvernement vont prononcer un discours, et des poèmes pertinents sont lus dans les écoles, où l’histoire de certaines guerres est enseignée. Il existe aussi de nombreux livres qui peuvent être étudiés. Environ 100 000 soldats canadiens sont morts durant la Première et la Seconde Guerre mondiale et près de 35 millions de soldats ont été tués à l’échelle mondiale.

Organisation d’une commémoration de l’Holocauste

Vous pouvez télécharger notre Guide de commémoration pour en savoir plus sur comment organiser une commémoration : exemples de programme, lectures et thèmes suggérés, etc. Ce guide accompagne notre exposition itinérante « Et en 1948, je suis arrivé au Canada » – L’Holocauste en six dates, qui peut être prêtée gratuitement aux écoles, bibliothèques et centres communautaires.

Organiser une commémoration