Ce large sac à dos aux bretelles en cuir a suivi Joseph Wyshynski lors de son exil en Union soviétique. Avant son départ pour rejoindre un groupe de résistants de Lodz, la mère de Joseph a rempli ce sac de vêtements et de nourriture.

Un Polonais exilé en Sibérie

Sac à dos avec lequel est parti Joseph Wyshynski lors de son exil en Union soviétique. Avant son départ pour rejoindre un groupe de résistants de Lodz, la mère de Joseph a rempli ce sac de vêtements et de nourriture. (Photo : Peter Berra)
1

Sac à dos avec lequel est parti Joseph Wyshynski lors de son exil en Union soviétique. Avant son départ pour rejoindre un groupe de résistants de Lodz, la mère de Joseph a rempli ce sac de vêtements et de nourriture. (Photo : Peter Berra)

Helen Ackerman, qui était amie avec Joseph, conserve ce sac après son décès et après avoir appris que sa famille a été tuée pendant l'Holocauste. (Photo : Peter Berra)
2

Helen Ackerman, qui était amie avec Joseph, conserve ce sac après son décès et après avoir appris que sa famille a été tuée pendant l'Holocauste. (Photo : Peter Berra)

Max, le fils d'Helen, a utilisé le sac à dos, comme le montre l’inscription sur le dessus du sac. (Photo : Peter Berra)
3

Max, le fils d'Helen, a utilisé le sac à dos, comme le montre l’inscription sur le dessus du sac. (Photo : Peter Berra)

Joseph Wyshynski : un Polonais exilé en Sibérie

Joseph Wyshynski était originaire de Lodz, en Pologne. Quand l’Union soviétique envahit l’Est du pays, Joseph, comme plusieurs milliers de Polonais, est exilé en Sibérie. L’URSS ont arrêté des dizaines de milliers de Polonais soupçonnés d’être des opposants idéologiques au régime soviétique. C’est pourquoi ces Polonais ont été envoyés dans des régions reculées de l’URSS et assignés aux travaux forcés.

En 1941, Joseph rencontre Helen Ackerman, elle aussi exilée, qui travaille comme serveuse au restaurant où il est boulanger. L’année suivante, ils sont libres de se déplacer et vont tous les deux au Tadjikistan, également en Union soviétique.

En 1944, Joseph est emprisonné au Tadjikistan parce qu’il possède une carte de rationnement supplémentaire. Malgré les efforts d’Helen qui lui amène de la nourriture presqu’à tous les jours, Joseph meurt en prison. Après la guerre, Helen découvre que la famille de Joseph a été tuée durant l’Holocauste C’est pourquoi elle a conservé ce sac. Elle a éventuellement immigré au Canada.

Son fils Max a utilisé le sac à dos, comme le montre l’inscription sur le dessus du sac.

Helen Ackerman a fait don du sac à dos de son ami Joseph Wyshynski au Musée de l’Holocauste Montréal en 1990.

Ce projet s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Plan culturel numérique du Québec.Objets phares de l'Holocauste, Plan culturel numérique du Québec.

Téléchargez notre application

Visitez le Musée de l’Holocauste Montréal à l’aide de notre application pour tablettes Apple ou Android.

Nouvelle Reliée

Levée de fonds
03 mai 2017

Pianos for Peace

En savoir plus

Faites un don d’objet

Pour faire un don d’objet au Musée de l’Holocauste Montréal, téléphonez au (514) 345-2605 ou remplissez ce formulaire.

Remplir le formulaire