Ce passeport roumain à la couverture bleue appartenait à Salomon Gottfried. Il était marié à Augustina Werner et père de deux enfants : Kurt, né en 1929 et Ilse, née en 1932. Leurs photographies d’identité sont visibles à l’intérieur du passeport ainsi que leur visa pour le Canada.

Immigrer au Canada pour fuir les persécutions nazies

Passeport roumain ayant appartenu à Salomon Gottfried. Salomon, Augustina et leurs enfants s’installent à Montréal en 1940.
1

Passeport roumain ayant appartenu à Salomon Gottfried. Salomon, Augustina et leurs enfants s’installent à Montréal en 1940.

Page du passeport de Salomon Gottfried sur laquelle se trouve les photos d'identité d'Augustina, Kurt et Ilse.
2

Page du passeport de Salomon Gottfried sur laquelle se trouve les photos d'identité d'Augustina, Kurt et Ilse.

Page du passeport de Salomon Gotfried sur laquelle se trouvent les visas pour leur immigration au Canada en 1939.
3

Page du passeport de Salomon Gotfried sur laquelle se trouvent les visas pour leur immigration au Canada en 1939.

Ce cahier de note a été utilisé par Ilse Gottfried (Matalon) lorsqu’elle étudiait à Anvers, en Belgique.
4

Ce cahier de note a été utilisé par Ilse Gottfried (Matalon) lorsqu’elle étudiait à Anvers, en Belgique.

La fuite de la famille Gottfried vers le Canada

Originaire de la Roumanie, Salomon rencontre sa future épouse Augustina à l’Université de Vienne où ils étudient la chimie. Après l’Anschluss, soit l’annexion de l’Autriche par l’Allemagne nazie en mars 1938, la Gestapo entre chez eux par effraction. La famille décide alors de quitter Vienne et, avec de faux papiers d’identité, se rend à Cologne, en Allemagne. Ils traversent ensuite la frontière belge par un tunnel souterrain.

À Anvers, où ils demeurent plusieurs mois afin que les enfants aillent à école, Salomon obtient un visa canadien. La famille monte à bord de l’un des derniers bateaux à quitter l’Europe avant le déclenchement de la guerre. Salomon, Augustina et leurs enfants s’installent à Montréal en 1940.

Ilse Matalon, fille de Salomon et d’Augustina, a fait don de ce document au Musée de l’Holocauste en 1982.

Ce projet s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Plan culturel numérique du Québec.Objets phares de l'Holocauste, Plan culturel numérique du Québec.