Ce miroir circulaire est un équipement de médecine utilisé par la docteure Ginda Rosenblatt. Elle s’en est servie lorsqu’elle était médecin dans l’armée russe durant la Première Guerre mondiale.

Ginda Rosenblatt, une femme médecin en 1917

Miroir de médecine utilisé par la docteure Ginda Rosenblatt. Elle s’en est servie lorsqu’elle était médecin dans l’armée russe durant la Première Guerre mondiale. (Photo : Peter Berra)
1

Miroir de médecine utilisé par la docteure Ginda Rosenblatt. Elle s’en est servie lorsqu’elle était médecin dans l’armée russe durant la Première Guerre mondiale. (Photo : Peter Berra)

Ginda Rosenblatt est photographiée avec trois étudiants à Kiev.
2

Ginda Rosenblatt est photographiée avec trois étudiants à Kiev.

Groupe de finissants de l'école secondaire juive de Lipcani, Moldavie, en 1926. Ginda Rosenblatt, portant le collet blanc au centre, est la directrice de l'école et professeure d'hygiène.
3

Groupe de finissants de l'école secondaire juive de Lipcani, Moldavie, en 1926. Ginda Rosenblatt, portant le collet blanc au centre, est la directrice de l'école et professeure d'hygiène.

Le mari de Ginda, Abraham Rosenblatt, photographié en uniforme en 1917.
4

Le mari de Ginda, Abraham Rosenblatt, photographié en uniforme en 1917.

Ginda Rosenblatt : une femme médecin dans l’armée russe

Diplômée de l’Institut médical pour femmes de l’Université Saint-Vladimir en Ukraine, Ginda Rosenblatt doit servir dans l’armée russe en 1917. Elle est assignée au 266e régiment qui fait face à des difficultés économiques et de transports. À la fin de l’année 1917, le régiment décide de se démobiliser. La Dr. Rosenblatt, avec son collègue Henryk Zamenhof, prescrit de fausses dysfonctions du cœur aux soldats afin de justifier leur décharge. Ginda Rosenblatt se fait elle-même diagnostiquer et elle reçoit une décharge honorable en 1918.

Ginda retrouve son mari Abraham Rosenblatt à Kiev avant d’aller pratiquer la médecine en Roumanie. Sa famille immigre à Toronto en 1934. Bien qu’elle soit qualifiée pour le diplôme de médecine de l’Université de Toronto, Ginda décide de faire carrière en travail social.

Sa fille Shana Sourkes a fait don de cet objet au Musée de l’Holocauste Montréal.

Ce projet s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Plan culturel numérique du Québec.Objets phares de l'Holocauste, Plan culturel numérique du Québec.

Téléchargez notre application

Visitez le Musée de l’Holocauste Montréal à l’aide de notre application pour tablettes Apple ou Android.

Nouvelle Reliée

Levée de fonds
03 mai 2017

Pianos for Peace

Faites un don d’objet

Pour faire un don d’objet au Musée de l’Holocauste Montréal, téléphonez au (514) 345-2605 ou remplissez ce formulaire.

Remplir le formulaire