Déportations

Margaret Kaufman Newman

Margaret Kaufman Newman raconte son voyage vers et son arrivée à Auschwitz.

Source : Musée de l’Holocauste Montréal, 1998

Margaret Kaufman Newman est née en 1923 à Satu-Mare, une petite ville au nord de la Transylvanie (en Roumanie). Elle est l’aînée de cinq garçons et de deux filles. Ses grands-parents ont une boutique de fruits et légumes, dans laquelle elle travaille. Après avoir complété six ans d’école élémentaire, Margaret apprend le métier de tailleuse auprès de son père pour ensuite pouvoir l’aider. En septembre 1940, le nord de la Transylvanie est ré-annexé à la Hongrie et les autorités hongroises introduisent une législation anti-juive.

Les troupes allemandes occupent la Hongrie en mars 1944 et les restrictions contre les Juifs s’intensifient. Les autorités retirent à la famille son magasin de fruits et légumes. Le père de Margaret ne peut plus travailler pour des clients non-juifs.

Le ghetto est établi en mai et tous les Juifs de Satu-Mare sont forcés de s’y installer. La famille de Margaret emménage dans une maison qu’elle doit partager avec trois autres familles. Ils sont déportés dans le dernier transport du ghetto vers Auschwitz (Pologne occupée) le 1er juin. En octobre 1944, Margaret est transférée à Waldenburg, un sous-camp du complexe du camp de concentration de Gross-Rosen (en Pologne occupée). Aux travaux forcés, elle est assignée à la fabrication de boulons pour les avions dans une usine de munitions de Krupp.

À l’approche des Alliés, les prisonniers sont forcés de prendre part à une marche de la mort vers Altenburg (en Allemagne), où se trouvent plusieurs sous-camps du camp de concentration de Buchenwald. Ils sont libérés par les Américains dans les collines autour de la ville.

Nous marchons et nous marchons et puis nous sommes arrivés devant Mengele.
Margaret Newman

Après la Libération, Margaret rentre chez elle et découvre que de toute sa famille, seul l’un de ses frères, qui avait été conscrit dans un bataillon de travaux forcés, a survécu. Son fiancé, Samuel, a également survécu et ils se marient en novembre 1945.

Ils quittent Satu-Mare peu de temps après et s’installent finalement en Belgique pendant deux ans. Margaret travaille comme tailleuse. Ils déménagent ensuite en Israël mais ne trouvant pas de travail, ils décident de revenir en Belgique. Ils immigrent à Montréal en 1951. Margaret et Samuel établissent leur propre entreprise dans laquelle ils travaillent ensemble. Ils ont quatre enfants et 11 petits-enfants et 9 arrière-petits-enfants.

Margaret et Samuel ont été conférenciers bénévoles au Musée de l’Holocauste Montréal pendant de nombreuses années.

Objet relié

La lettre de Bajla Kaminski

Voir cet objet