Ce livre de recettes est composé de papiers roses et beiges récupérés dans l’usine où travaillait Edith Gluck. Ils sont reliés par une ficelle orange, également trouvée dans l’usine du camp. Près de 200 recettes sont écrites au crayon de plomb dans ce livret qu’Edith a caché au camp de Lippstadt, en Allemagne.

*Vidéo seulement en anglais

Edith Gluck, détenue au camp de Lippstadt

Edith Gluck fait partie d’un convoi de 530 femmes juives hongroises déportées du camp d’Auschwitz à celui de Lippstadt en juillet 1944. Elle est assignée aux travaux forcés 12 heures par jour dans l’usine de munition du camp où elle ne reçoit qu’une faible ration de nourriture. De retour à son baraquement, Edith prend tout de même le temps de rassembler dans un livret les recettes qu’elle aimait préparer avant la guerre. Elle demande également à ses codétenues de lui réciter leurs recettes préférées.

Un acte de résistance : consigner son héritage culturel

Edith Gluck cache son livre de recette dans le sol afin d’éviter qu’il soit découvert. Puisqu’il est rédigé en Hongrois, les gardes allemands auraient pu croire qu’il s’agissait d’un journal et la punir pour avoir consigné des informations. Ce geste témoigne cependant de la résistance morale et culturelle dont ont fait preuve ces femmes durant l’Holocauste. Des femmes qui, comme Edith, ont souhaité préserver leur héritage culturel et qui se sont efforcées de conserver leur humanité.

Résister en préservant son héritage culturel

Livre de recettes composé de papiers récupérés dans l’usine où travaillait Edith Gluck. Ils sont reliés par une ficelle, également trouvée dans l’usine du camp. Près de 200 recettes sont écrites dans ce livret qu’Edith a caché au camp de Lippstadt, en Allemagne. (Photo : Peter Berra)
1

Livre de recettes composé de papiers récupérés dans l’usine où travaillait Edith Gluck. Ils sont reliés par une ficelle, également trouvée dans l’usine du camp. Près de 200 recettes sont écrites dans ce livret qu’Edith a caché au camp de Lippstadt, en Allemagne. (Photo : Peter Berra)

Dans son baraquement, Edith prend le temps de rassembler dans un livret les recettes qu’elle aimait préparer avant la guerre. Elle demande également à ses codétenues de lui réciter leurs recettes préférées. (Photo : Peter Berra)
2

Dans son baraquement, Edith prend le temps de rassembler dans un livret les recettes qu’elle aimait préparer avant la guerre. Elle demande également à ses codétenues de lui réciter leurs recettes préférées. (Photo : Peter Berra)

Edith Gluck cache son livre de recette dans le sol afin d’éviter qu’il soit découvert. (Photo : Peter Berra)
3

Edith Gluck cache son livre de recette dans le sol afin d’éviter qu’il soit découvert. (Photo : Peter Berra)

Pour moi, il représente le courage que m’a mère a eu et à quel point il était important pour elle de conserver son héritage culturel.
Shirley Rosenfeld, fille d’Edith Gluck

Edith Gluck a fait don de son livre de recettes au Musée de l’Holocauste Montréal en 2010.

Ce projet s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Plan culturel numérique du Québec.Objets phares de l'Holocauste, Plan culturel numérique du Québec.

Qu'est-ce que l'Holocauste ?

Comprenez son histoire grâce aux témoignages de survivants montréalais, à nos archives, cartes et lignes du temps interactives.

En savoir plus

Nouvelle Reliée

Levée de fonds
24 septembre 2017

La Course pour commémorer

En savoir plus

Faites un don d’objet

Pour faire un don d’objet au Musée de l’Holocauste Montréal, téléphonez au (514) 345-2605 ou remplissez ce formulaire.

Remplir le formulaire