Cette lettre recto-verso extraite d’une correspondance  en polonais sur papier quadrillé provient du camp de concentration de Waldenburg en Pologne. Henry Majerczyk l’a écrite le 20 janvier 1945 pour Eva Majerczyk, née Parzenczewska. Sur le papier de la lettre, d’autres prisonniers ont également laissé un message. Certains sont écrits en violet et d’autres en bleu. Henry y exprime notamment sa préoccupation quant aux rumeurs de la déportation des femmes du camp de Ludwigsdorf.

La lettre du camp de concentration de Waldenburg

Le recto de la lettre écrite le 20 janvier 1945 par Henry Majerczyk dans le camp de Waldenburg à destination d'Eva Majerczyk. Dans cette lettre, Henry exprime notamment sa préoccupation quant aux rumeurs de la déportation des femmes du camp de Ludwigsdorf.
1

Le recto de la lettre écrite le 20 janvier 1945 par Henry Majerczyk dans le camp de Waldenburg à destination d'Eva Majerczyk. Dans cette lettre, Henry exprime notamment sa préoccupation quant aux rumeurs de la déportation des femmes du camp de Ludwigsdorf.

Le verso de la lettre écrite le 20 janvier 1945 par Henry Majerczyk dans le camp de Waldenburg à destination d'Eva Majerczyk. D'autres prisonniers du camp de Waldenburg ont également laissé des messages sur la lettre.
2

Le verso de la lettre écrite le 20 janvier 1945 par Henry Majerczyk dans le camp de Waldenburg à destination d'Eva Majerczyk. D'autres prisonniers du camp de Waldenburg ont également laissé des messages sur la lettre.

Eva et Henry Majerczyk peu de temps après la célébration de leur mariage en 1945 à Waldenburg en Pologne.
3

Eva et Henry Majerczyk peu de temps après la célébration de leur mariage en 1945 à Waldenburg en Pologne.

La famille Parzenczewska, en 1934, pendant les vacances d’été dans la campagne près de Lodz. Nachum, le benjamin de la famille, et Eva se trouvent au premier plan. Au deuxième plan se trouvent Ruth et Malka, la mère de la famille. Yakov et Jechiel, le père de famille sont derrière celles-ci.
4

La famille Parzenczewska, en 1934, pendant les vacances d’été dans la campagne près de Lodz. Nachum, le benjamin de la famille, et Eva se trouvent au premier plan. Au deuxième plan se trouvent Ruth et Malka, la mère de la famille. Yakov et Jechiel, le père de famille sont derrière celles-ci.

La famille d’Eva Majerczyk peu de temps après la fermeture du ghetto de Lodz en 1940. De la gauche à la droite : Yakov, Malka, Jechiel et Nachum. Après la guerre, Eva découvre que son père et que son frère aîné sont morts dans le ghetto de Lodz. Sa mère et son frère cadet, quant à eux, ont été déportés à Auschwitz et ne sont jamais revenus.
5

La famille d’Eva Majerczyk peu de temps après la fermeture du ghetto de Lodz en 1940. De la gauche à la droite : Yakov, Malka, Jechiel et Nachum. Après la guerre, Eva découvre que son père et que son frère aîné sont morts dans le ghetto de Lodz. Sa mère et son frère cadet, quant à eux, ont été déportés à Auschwitz et ne sont jamais revenus.

Le parcours d’Eva Majerczyk : de ghettos en camps de concentration

Après l’invasion de la Pologne en 1939, Eva et sa sœur ainée Ruth fuient leur ville natale, Lodz, sans leur famille. Elles arrivent dans le ghetto de Varsovie en 1940 et s’enfuient grâce à un contrebandier engagé par leur oncle en 1941. Suite à cela, les deux sœurs sont déportées à Klettendorf, un camp de travail forcé en Pologne. Là-bas, Eva travaille dans les cuisines et à cette occasion elle rencontre Henry avec qui elle établit une relation. En 1944, Eva et sa sœur sont de nouveau déportées vers le camp de concentration pour femmes de Ludwigsdorf. Henry est quant à lui envoyé à Waldenburg, qui se situe à 30 kilomètres de là.

Une lettre clandestine du camp de Waldenburg à celui de Ludwigsdorf

Alors qu’elle se trouve au camp de Ludwigsdorf en Pologne, Eva reçoit une lettre d’Henry. Cet envoi a été rendu possible par le concours d’ouvriers non-juifs qui ont effectué la transmission. Dès le début de 1945, la défaite de l’Allemagne nazie contre les forces alliées commence à se profiler. Lorsqu’Eva est libérée par les forces soviétiques le 8 mai 1945, elle part rejoindre Henry à Waldenburg. Ils se marient le 17 juin suivant et auront trois enfants. Eva et sa famille immigrent à Montréal en 1953 afin de rejoindre Ruth, qui a également survécu à l’Holocauste.

Eva Majerczyk a fait don de la lettre au Musée de l’Holocauste Montréal en 2018.

Qu'est-ce que l'Holocauste ?

Comprenez son histoire grâce aux témoignages de survivants montréalais, à nos archives, cartes et lignes du temps interactives.

En savoir plus

Enseignez l’Holocauste grâce à cet objet

Avec notre fiche pratique pour analyser  un artefact, vos élèves peuvent apprendre l’histoire de l’Holocauste.

Télécharger la fiche

Faites un don d’objet

Pour faire un don d’objet au Musée de l’Holocauste Montréal, téléphonez au (514) 345-2605 ou remplissez ce formulaire.

Remplir le formulaire