Cette cravate rouge aux motifs noirs et blancs a appartenue à David Honig. Il l’a achetée à 17 ans, après avoir terminé ses études en commerce dans une école privée juive de Cracovie. David était fier de sa cravate, c’est pourquoi il l’a amenée avec lui pendant son évasion.

La cravate de David Honig

Cette cravate rouge aux motifs noirs et blancs a appartenue à David Honig. Il l’a achetée à 17 ans, après avoir terminé ses études en commerce dans une école privée juive de Cracovie. (Photo: Peter Berra)
1

Cette cravate rouge aux motifs noirs et blancs a appartenue à David Honig. Il l’a achetée à 17 ans, après avoir terminé ses études en commerce dans une école privée juive de Cracovie. (Photo: Peter Berra)

David était fier de sa cravate, son premier achat d'homme adulte, c’est pourquoi il l’a amenée avec lui pendant son évasion. (Photo: Peter Berra)
2

David était fier de sa cravate, son premier achat d'homme adulte, c’est pourquoi il l’a amenée avec lui pendant son évasion. (Photo: Peter Berra)

Le certificat scolaire de David Honig qu’il a conservé durant son évasion.
3

Le certificat scolaire de David Honig qu’il a conservé durant son évasion.

Un portrait de David Honig pris peu après la guerre.
4

Un portrait de David Honig pris peu après la guerre.

Une photographie de Sheva et David Honig prise en 1952, un an après leur immigration à Montréal,
5

Une photographie de Sheva et David Honig prise en 1952, un an après leur immigration à Montréal,

La fuite de David Honig

L’armée nazie entre en Pologne en septembre 1939, suivie quelques jours plus tard par l’armée soviétique à l’Est. En 1940, la mère de David fait croire aux soldats polonais que son fils a le typhus pour éviter qu’il soit conscrit. David quitte ensuite la maison avec son oncle et sept autres hommes en direction de la Roumanie. Durant leur fuite, ils doivent traverser une rivière en portant leurs effets personnels au-dessus de leur tête. David protège ainsi sa cravate et son certificat scolaire.

Les parents et la sœur de David ont été cachés par un Polonais nommé Wladyslaw Dobrowolski, un ancien client du moulin de la famille. La famille Honing est la seule de leur village dont tous les membres ont survécu à l’Holocauste.

L’épouse de David, Sheva Honig, a fait don de cette cravate au Musée de l’Holocauste Montréal en 2014.

Ce projet s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Plan culturel numérique du Québec.Objets phares de l'Holocauste, Plan culturel numérique du Québec.

Vous êtes enseignant?

Retrouvez nos conseils sur comment enseigner l’histoire de l’Holocauste aux élèves de 11 à 17 ans.

Aller vers Enseigner l'Holocauste au secondaire

Faites un don d’objet

Pour faire un don d’objet au Musée de l’Holocauste Montréal, téléphonez au (514) 345-2605 ou remplissez ce formulaire.

Remplir le formulaire