Des gardes allemands ont remis cette couverture de laine grise au jeune Marcel Tenenbaum en 1944. Il était accompagné de ses parents à son arrivée au camp de Malines, en Belgique.

Une couverture reçue dans le camp de transit de Malines

Des gardes allemands ont remis cette couverture de laine grise au jeune Marcel Tenenbaum en 1944. Il était accompagné de ses parents à son arrivée au camp de Malines, en Belgique.
1

Des gardes allemands ont remis cette couverture de laine grise au jeune Marcel Tenenbaum en 1944. Il était accompagné de ses parents à son arrivée au camp de Malines, en Belgique. (Photo: Peter Berra)

Marcel en première année à l’école primaire de Schaerbeek, à  Bruxelles, en 1942.
2

Marcel en première année à l’école primaire de Schaerbeek, à Bruxelles, en 1942.

Les parents de Marcel photographiés le jour de leur mariage à Bruxelles en 1930.
3

Les parents de Marcel photographiés le jour de leur mariage à Bruxelles en 1930.

Marcel Tenenbaum, un enfant caché à Bruxelles

Originaire de Pologne, la famille habitait à Bruxelles depuis 1935, année de la naissance de Marcel. Ils se cachent à partir du mois d’août 1942 à l’étage supérieur du magasin du premier employeur de son père. Pendant presque deux ans, Marcel ne sort qu’à quelques occasions chercher des livres à la librairie du coin avec sa mère. Ils sont dénoncés et arrêtés en 1944. Envoyés tous les trois à Malines, ils arrivent 72 heures après le départ du dernier train vers la Pologne.

Le camp de Malines (Mechelen)

Le camp de Malines (Mechelen) a débuté ses opérations en juillet 1942. Il devait permettre le transport de la population juive d’Europe de l’Ouest vers les camps de concentration plus à l’Est, principalement à Auschwitz. En plus des 25 000 Juifs belges qui transitent par Malines, plusieurs milliers de personnes roms ont été déportés dans ces convois. Face à l’avancée des troupes alliées, les Allemands quittent le camp en demandant aux détenus, dont la famille de Marcel, de dire qu’ils ont bien été traités. La Belgique est officiellement libérée par l’armée britannique en septembre 1944.

Les Tenenbaum retournent quelques années à Bruxelles avant d’immigrer au Canada en 1951.

Marcel a fait don de cette couverture au Musée en 2001.

Ce projet s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Plan culturel numérique du Québec.Objets phares de l'Holocauste, Plan culturel numérique du Québec.

Téléchargez notre application

Visitez le Musée de l’Holocauste Montréal à l’aide de notre application pour tablettes Apple ou Android.

Les lois anti-juives et vivre caché : l'expérience de Marcel Tenenbaum

Réalisez cette activité pédagogique avec votre classe.

En savoir plus