Ce certificat de mariage unit Sara Witel Winterfeldt et Oscar Morsten. Leurs familles ont immigré à Shanghai pour fuir le nazisme en 1938 et 1939. Sara travaille comme serveuse dans le café Sliasgny quand elle rencontre Oscar. C’est à cet endroit qu’ils se marient le 14 avril 1943. Leur première fille Jacqueline naît à Shanghai avant que la famille immigre au Canada en 1949.

Un mariage dans un café à Shanghai

Ce certificat de mariage unit Sara Witel Winterfeldt et Oscar Morsten. Leurs familles ont immigré à Shanghai pour fuir le nazisme en 1938 et 1939. (Photo : Peter Berra)
1

Ce certificat de mariage unit Sara Witel Winterfeldt et Oscar Morsten. Leurs familles ont immigré à Shanghai pour fuir le nazisme en 1938 et 1939. (Photo : Peter Berra)

Détail des signatures de Sara Witel Winterfeldt et d'Oscar Morsten sur leur certificat de mariage. (Photo : Peter Berra)
2

Détail des signatures de Sara Witel Winterfeldt et d'Oscar Morsten sur leur certificat de mariage. (Photo : Peter Berra)

Portrait de Sara Witel Winterfeldt et d’Oscar Morsten à Shanghai dans le café où ils se sont rencontrés et mariés en avril 1943.
3

Portrait de Sara Witel Winterfeldt et d’Oscar Morsten à Shanghai dans le café où ils se sont rencontrés et mariés en avril 1943.

Vue de la mer de Chine à partir de Shanghai en 1945. Cette photographie a été prise par les parents de Jacqueline Tansky.
4

Vue de la mer de Chine à partir de Shanghai en 1945. Cette photographie a été prise par les parents de Jacqueline Tansky.

L’immigration juive à Shanghai durant l’Holocauste

Plus de 18 000 Juifs d’Allemagne et des territoires annexés ont trouvé refuge à Shanghai, ville chinoise sous occupation japonaise, durant l’Holocauste. Alors que l’émigration juive d’Europe augmente en 1938, les pays occidentaux ne font pas d’efforts supplémentaires pour accueillir ces réfugiés. Shanghai demeure l’un des seuls endroits qui ne nécessite pas de visa pour y entrer, ce qui explique le choix de nombreuses familles de partir en Asie. La plupart s’installent dans le quartier de Hongkou qui devient une zone obligatoire pour les Juifs en 1943.

Après la guerre, la majorité des Juifs émigre à nouveau vers l’Europe ou les Amériques. Cette brève présence juive à Shanghai a néanmoins laissé ses traces dans cette ville qui a accueilli le plus grand nombre de réfugiés juifs durant l’Holocauste.

Jacqueline Tansky a fait don de plusieurs objets et photographies au Musée de l’Holocauste Montréal. Ils illustrent cette période de sa vie et de celle de ses parents en Asie.

Ce projet s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Plan culturel numérique du Québec.Objets phares de l'Holocauste, Plan culturel numérique du Québec.

Téléchargez notre application

Visitez le Musée de l’Holocauste Montréal à l’aide de notre application pour tablettes Apple ou Android.

Faites un don d’objet

Pour faire un don d’objet au Musée de l’Holocauste Montréal, téléphonez au (514) 345-2605 ou remplissez ce formulaire.

Remplir le formulaire

Visitez notre exposition permanente

Retrouvez cet objet dans notre exposition permanente.

En savoir plus