Sauveteurs

Thomas Strasser

Thomas Strasser a été sauvé par Raoul Wallenberg.

Source: Musée de l’Holocauste Montréal, 1995; Montage: Musée de l’Holocauste Montréal, 2015

Enfant unique, Thomas Strasser naît à Nove Zamky en Tchécoslovaquie (aujourd’hui en Slovaquie) en 1926. À l’âge de 16 ans, Thomas quitte l’école secondaire et déménage à Budapest pour travailler au sein d’une entreprise familiale produisant des sacs.

En mars 1944, alors que les militaires allemands envahissent la Hongrie, Thomas est recruté pour effectuer diverses tâches manuelles à Budapest. Il doit par exemple entrer dans les appartements des Juifs déportés et transporter leurs biens dans les entrepôts allemands. Par la suite, il est déporté vers un camp de travaux forcés où il doit creuser des pièges pour les chars d’assauts de l’armée soviétique. Après la prise du pouvoir par les Croix fléchées en octobre 1944, Thomas est forcé de marcher de Budapest vers l’Autriche. Il est sauvé en route par le diplomate suédois, Raoul Wallenberg. Il retourne à Budapest et entre dans le ghetto, où il habite dans un orphelinat et travaille comme coursier.

 

Je ne savais pas à l'époque, mais c'était Wallenberg et sa cohorte qui essayaient de négocier une espèce d'arrangement avec eux.
Thomas Strasser

Quand le ghetto est libéré par l’armée soviétique en janvier 1945, Thomas retourne à Nove Zamky. Il y apprend qu’aucun membre de sa famille n’a survécu.

Après 3 ans en Allemagne et en France, Thomas immigre au Canada. Il fait partie des 1000 orphelins de guerre admis au pays grâce aux efforts du Congrès juif canadien. Il s’installe à Montréal et travaille dans le commerce de détail. Il se marie en 1960. Thomas et sa femme ont trois enfants et plusieurs petits-enfants.