Libération

Paul Landau

Paul Landau raconte la libération du camp de concentration d’Ebensee.

Source : McGill Living Testimonies, 1991; montage : Musée de l’Holocauste Montréal, 2015

Paul Landau est né à Varsovie, en Pologne, en 1922. Il déménage à Paris avec ses parents et ses cinq frères et sœurs en 1926. Quand l’Allemagne occupe la France, les Juifs sont de plus en plus victimes de mesures antisémites. Après la rafle du Vel d’Hiv le 16 juillet 1942, Paul et sa famille se cachent près de Paris. La mère et les sœurs de Paul réussissent à se rendre en zone libre au sud de la France.

Quant à Paul et son frère, ils sont arrêtés à la frontière. Ils sont déportés au camp de concentration d’Eichtal en Silésie, puis au camp de travail Kochanowice, au sud de la Pologne. C’est là que le frère de Paul trouve la mort. En juin 1943, les prisonniers sont évacués vers le camp de Hennigsdorf, un sous-camp de Sachsenhausen, où ils sont forcés de travailler pour la compagnie de locomotives Borsig.

En novembre 1943, Paul s’enfuit, mais il est arrêté et déporté à Auschwitz. Il est placé dans une unité spéciale, l’Opération Bernhard, et est envoyé à Sachsenhausen. Les membres de l’Opération Bernhard travaillent dans une imprimerie secrète produisant de la fausse monnaie et de faux documents.

La première nuit après notre libération a été un cauchemar.
Paul Landau

En février 1945, les Alliés se rapprochent et l’Opération Bernard est évacuée d’abord à Mauthausen, puis à Ebensee. C’est là que Paul est libéré.

Après la guerre, Paul retourne à Paris où il retrouve sa mère et ses sœurs. Il immigre au Canada en 1951 et s’installe à Montréal où il se marie et a des enfants.