Pogrom

Issie Veisfeld

Issie Veisfeld est témoin du pogrom de Iasi en 1941.

Source: Musée de l’Holocauste Montréal, 1998; Montage: Musée de l’Holocauste Montréal, 2015

Issie Veisfeld naît en 1928 à Iasi en Roumanie. Dans son enfance, il est témoin de beaucoup d’antisémitisme, y compris de l’agression physique de Juifs par des Roumains.

En juin 1941, il se cache avec son père pour fuir le  pogrom d’Iasi. Lors de ce pogrom, les autorités roumaines rassemblent les Juifs de la ville, en tuent plusieurs sur-le-champ et déportent les survivants en Transnistrie. Le père d’Issie travaille comme tapissier pour l’armée roumaine. Il est averti par un officier qu’il y aura un pogrom et la famille se cache jusqu’à ce que la situation se calme. C’est grâce au réseau personnel de son père que la famille n’est pas déportée d’Iasi pendant la guerre.

Ils recevaient beaucoup d'aide et très peu de gens ont pu y échapper.
Issie Veisfeld

Issie, sa mère et ses sœurs survivent à la guerre. Son père est tué lors d’un bombardement allié en 1944, quelques semaines avant la libération de la ville par l’armée soviétique. Voyant grandir l’influence des anciens collaborateurs et fascistes au sein du Parti communiste, Issie décide de quitter la Roumanie. Il franchit la frontière entre la Hongrie et l’Autriche illégalement avec sa mère et sa sœur en 1947.

Ils arrivent au Canada en 1948. Issie s’installe à Montréal et est un des fondateurs du Centre commémoratif de l’Holocauste à Montréal. Il est aussi président de l’Association des survivants de l’oppression nazie et l’Association des survivants juifs roumains de l’Holocauste.

Objet relié

L'inauguration du Centre commémoratif de l'Holocauste à Montréal

Voir cet objet